Ne laissez personne décider à votre place

 

Je me souviens, on est 21 ans en arrière, c'est hyper motivé que je bosse, seul, mon diplôme d'architecte d'intérieur. Seul, parce que mon prof, ne s'est pas déplacé à l'école depuis 3 mois, prétextant ... je sais pas, peut être un travail en autonomie ? N'empêche que l'examen est dans trois mois et quand il regarde mon travail, c'est la douche froide, "Ça va pas du tout, t'es pas prêt, mieux vaut ne pas te présenter à l'examen, abandonne c'est mieux ! "voir la vidéo"

Alors, bizarre que pendant 4 ans et 7 mois tout aille bien et que que tout à coup, y’ait plus rien du tout qui aille !

Mais de là à Renoncer, après tout ce travail !

Je me demande aujourd’hui, quel prof, censé peut tenir de tels propos ? Abandonner au premier obstacle, voilà le message que transmettait mon mentor. D’autant que les exemples de grandes réussites qui ont commencées par des échecs sont légion :

  • Stefen king, qui a essuyé 30 rejets de son film Carrie !
  • Michael Jordan : Rejeté de l’équipe de basket de son lycée. Il se vente aujourd’hui d’avoir raté plus de 9 000 coups dans sa carrière et perdu presque 300 Jeux. Ses échecs à répétitions expliquent sa réussite !
  • Jack London : Auteur de « l’appel de la forêt », connu plus de 600 refus !  Avant de finalement être publié.
  • Thomas Edison : Viré deux fois, car « trop stupide pour apprendre quoi que ce soit » Aujourd’hui, on lui doit juste l’invention de l’ampoule électrique !

Sauf que moi, comme un con, du haut de mes  22 ans, en bon élève j’écoute les conseils « bienveillants » de mon prof d’archi.

 

J’abandonne !

Faut dire qu’à cette époque,  j’ai d’autres projets. Je rénove une ruine,  je travaille la nuit comme surveillant d’internat, et  je vais être papa d’ici quelques mois. Sans compter qu’affronter l’oral de l’examen est pour moi une épreuve stressante, qu’il est bien plus confortable de contourner. Hors quitter sa zone de confort demande un minimum de motivation et d’encouragements…

C’est donc sans ce fameux diplôme, que je fais mes débuts de prof. Un départ toujours en peu teintés par cet échec. Ce manque de confiance fait, par exemple, qu’il est jamais facile de prendre la parole en conseil de classe.

Pendant des années, j’ai trainé tant bien que mal cette casserole …

 

Aujourd’hui :

Apres des dizaines de rénovations, 15 ans passées à enseigner, 172 vidéos sur youtube des conférences, seminaires … l’oral de mon examen tant redouté et les propos de mon prof m’apparaissent comme … une grosse blague !

 » ABANDONE !!! »

 

 Mais en fait, qu’est ce que je risquais à essayer ?

Sans rancune,  j’ai cherché à contacter mon prof,  toujours en activité à ce jour (espérant peut être un peu de reconnaissance ?)  Aucune réponse , pas intéressé ? Trop occupé à « accompagner » ses étudiants…

Peu importe, cette histoire d’examen, est aujourd’hui loin derrière moi. Une anecdote est venue clore le chapitre, puisque la semaine dernière, j’ai accompagné … Un architecte d’intérieur, un vrai , avec son diplôme en poche !  Mais il a jugé nécessaire de me demander conseil, pour créer le coup de coeur ! Pour ce service dont il était ravi, il a même accepté de débourser pour chaque heure 15 fois le tarif horaire du smic.

Alors quels enseignements tirer de cette histoire :

  1. C’est que notre véritable valeur ne se résume pas à un nom sur un bout de papier appelé « diplôme » et que sans ce diplôme, on peut quand même avancer et s’élever très haut.
  2. Que dans la vie, il ne faut jamais cesser d’apprendre, parce que c’est comme ça qu’on continue à « grandir ».  Pour beaucoup, ce fameux diplôme est l’aboutissement du cursus scolaire. La fin d’une période où l’on apprend, pour laisser place ensuite a une seconde période, appelée  travail, pour laquelle il n est plus nécessaire de continuer à apprendre.
  3. Et que surtout , surtout : il ne faut  jamais laisser personne vous dire que vous n’êtes pas capable !

 

Qu’en pensez-vous ? laissez votre commentaire plus bas.
Merci.

5 réflexions au sujet de « Ne laissez personne décider à votre place »

  1. Debrock Pagès Nathalie

    Bonjour Jean Christophe,
    Beau cadeau de début d année, et je t en remercie. Les parents et autres environnements toxiques sont responsables du difficile départ de beaucoup beaucoup de monde. Cependant, nous finissons le plus souvent par avoir la possibilité de surmonter, contourner, utiliser l obstacle pour embellir notre vie. Et, fait amusant, l’as-tu noté, c est exactement l objectif de ton métier, utiliser ce qui existe, détourner un usage basique, transformer, offrir une seconde jeunesse à un vieux meuble ou un logement ancien. J avoue que la parabole est belle, bravo pour ton évolution, merci pour la tranche de espoir vivant que tu offres!
    Belle année de transformations !!!
    Nathalie

    Répondre
    1. jean christophe griselin Auteur de l’article

      Merci Nathalie,
      Le vieux meuble, qui a trouvé une deuxième vie, c’est moi ? 😉
      Dans mon boulot de prof, j’ai une approche que j’espère encourageante, et valorisante… L’an dernier, dans une classe de bac pro commerce, j’ai partagé avec eux toutes mes expériences d’info-preneur, pendant deux ans . Au moment de l’orientation, quasi 50% d’entre eux se dirigeaient vers un BTS profession immobilière… Bizarre non ?

      Répondre
  2. jean christophe griselin Auteur de l’article

    Merci Nathalie,
    Le vieux meuble, qui a trouvé une seconde vie, c’est moi ? 😉
    Dans mon boulot de prof, j’ai une approche que j’espère un peu plus encourageante… L’an dernier, dans une classe de bac pro commerce, j’ai partagé avec eux toutes mes expériences d’info-preneur, pendant deux ans. Au moment de l’orientation, quasi 50% d’entre eux se dirigeaient vers un BTS profession immobilière… Bizarre non ?

    Répondre
  3. marie

    je partage votre vision des choses, le système scolaire français est basé sur la compétition et la réussite des « meilleurs », mais ne tient pas compte des personnalités, des capacités d’innovation, des originalités des élèves. Pourtant tous devront s’insérer dans la société et souvent les plus épanouis ne sont pas ceux qui étaient les premiers de la classe. Il faut les encourager à suivre leur route, vous qui êtes encore dans le système (que j’ai quitté) encouragez nos jeunes, et surtout apprenez leur à se fixer un budget, à se méfier de la société de consommation, et de croire en la vie et dans les bonheurs simples (valeurs, famille, savoir être satisfait de ce qu’on a)

    Répondre
  4. jean christophe griselin Auteur de l’article

    Merci Marie.
    La tâche est rude, Ils arrivent avec leur vécu. Certains par exemple sont fans de tv réalité, n’ont aucune vie de famille et ne connaissent que des plaisirs liés à la consommation, le fossé est souvent profond. Personne dans leur entourage ne leur donne envie de grandir…
    Mais heureusement on peut en aider beaucoup, rien que le fait de leur faire confiance, de leur montrer que leur vie est a inventer et non à subir

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.