Décès locataire, refus de succession

Quand la mort, s’invite dans votre logement… Décès locataireJ’ai mis un peu de temps avant de me décider à écrire un article sur le sujet,  parce que mon histoire est encore douloureuse. Mais la plus part des logements anciens ont une histoire et la mort en fait souvent  partie.  lire la suite 
 

Décès locataire, refus de succession, que faire ?

Il y a bientôt trois ans, un ami et accessoirement locataire, est décédé alors qu’il occupait notre appartement.

En règle générale, si le défunt vivait seul,  le bail est résilié de plein droit. Il vous faudra être patient pour récupérer son logement. Il est difficile de poser un ultimatum à la famille déjà ébranlée par la nouvelle et submergée par les tâches administratives.  Dans ce cas-là, prévoyez de laisser un à deux mois à la famille pour vider l’appartement. Les héritiers et les propriétaires devront trouver un arrangement pour dédommager des deux mois d’occupation.

Comme chaque cas est différent, notre situation s’est avérée beaucoup plus complexe :  En raison des dettes supposées du défunt, la famille a renoncé au maigre héritage. Dans ce cas-là,  c’est au propriétaire de prendre les mesures nécessaires pour faire libérer les lieux, puisque le bail est résilié au décès du locataire. A nous de saisir le greffier pour qu’il dresse le descriptif du mobilier ou qu’il appose des scellés. Et ensuite  saisir le tribunal d’instance qui pourra prescrire des mesures provisoires, en attendant que le Domaine vienne saisir l’héritage.

Mais mon notaire  qui connaît bien le Domaine et sa « rapidité légendaire », voyant le peu de valeur que représentait le mobilier, nous a conseillé :

De prendre des photos, de dresser un inventaire précis  qu’il conserverait dans son cabinet et de stocker à nos frais, les quelques meubles de notre pauvre locataire. J’ai donc bâti dans le jardin, un petit abri en bois pour conserver le trésor destiné au Domaine. il se donne 30 ans pour se déplacer, après quoi, il abandonnera l’héritage. C’était la plus simple décision qui nous a permis de récupérer notre logement sans attendre de longs mois une hypothétique solution.

Toutefois, le problème se posera à nouveau si l’on décide de déménager. Un peu comme le traitement des  déchets radioactifs. On se contente de  noyer dans « un sarcophage de béton », la solution n’est que momentanée…. Pensez-vous que nous ayons fait le meilleur choix ?

Qu’auriez –vous fait à notre place, vous pourrez  vous exprimer dans la zone des commentaires ci-dessous.

 

Nous avions auparavant déjà été confrontés au malheur  d’autrui :

Juste quelques semaine après notre première acquisition, nous avons réalisé que nous venions d’acheter « la grange du pendu ! » .  J’ai appris cette nouvelle de source sûre puisque c’est le médecin même venu décrocher le corps qui me l’a confié …

Que faire avec un tel secret ? peut-on assumer une histoire chargée de drame ?

Nous avons simplement fait comme avant.   Continuer à vivre dans une maison qui nous a apporté beaucoup de bonheur. Les anciens pour se rassurer, vous diront, qu’un pendu dans une maison … ça porte bonheur.

J’ai un ami, qui  un an après avoir acheté sa résidence principale, s’est rendu compte que tout le monde en avait entendu parler.

Elle était connue pour le drame qui s’y était déroulé quelques années auparavant. Le père avait décimé toute la famille.

 

Voilà pourquoi, cette maison invendable était partie à un si bon prix !

Les voisins avaient dû s’en donner à cœur joie depuis tout ce temps ! Mais, peu importe dans quelques années, toute cette histoire ce sera tassée. Il aura finalement fait une excellente  opération financière.

Dans ces cas-là, mieux vaut ne pas être superstitieux,  même si je parle souvent de donner  une âme à un logement, nos maisons ne sont que des coques vides. Chaque occupant est le seul acteur de la vie qu’il a décidé d’y mener. Le passé d’une maison n’y changera rien, et ne devrait en aucun cas vous influencer !

2 réflexions au sujet de « Décès locataire, refus de succession »

  1. InvestMan

    Article très intéressant 🙂 J’en profite pour relater une anecdote arrivée à un ami propriétaire (concernant la « mort »). Ce dernier a mis en location un studio à un couple de personnes étrangères.

    Quelques mois après la mise en location, le propriétaire reçoit un appel des co-propriétaires qui lui annoncent qu’une odeur horrible ressort du logement et qu’ils pensent que le couple est mort ! Il fallait donc aller voir en urgence ce qu’il en était.

    Le propriétaire prend son téléphone, appelle l’un des deux locataires (qui répond) et lui dit que les autres co-propriétaires pensent qu’il était mort. Tout le monde se rend sur place en pensant qu’il y avait effectivement quelqu’un de décédé ! En fait, il s’agissait simplement d’un repas étranger qui était en train de mijoter pendant de très longues heures !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.