Louer-solidaire sans concession, c’est possible !

Louer solidaire, HABITAT PRECAIRE VIGNETTE CARTON2,6 millions de logements vides en France, quand 140 000 personnes sont sans domicile fixe ! Pourtant il existe une solution pour Louer solidaire.  Une solution tellement intéréssante, que  vous n'aurez d'ailleurs aucun mérite à faire de l'humanitaire, si bien que même le dernier des égoistes va vouloir s'y mettre ! Lire la suite...

Y’a pas un truc qui tourne pas rond ?

Alors que des familles entières attendent un logement décent, par manque de place dans les foyers d’accueils, beaucoup sont trimballées d’hôtels en hôtels dans l’espoir d’une situation plus stable.

Ok mais comment ne pas se retrouver soi-même en difficulté, en tentant d’aider un locataire en marge de la société ?

Et crise oblige, l’Etat veut faire des économies. Cette solution d’urgence qui consiste à louer des chambres d’hôtel, lui coûte bien trop cher ! Alors en  2015 la loi Pinel propose le dispositif SOLIBAIL pour réduire le nombre de nuitées d’hôtel. (Et accessoirement pour aider ces familles sans logement)

Un dispositif tout à fait sérieux garanti par l’État !  En tant que bailleur, vous allez pouvoir louer votre bien en toute sécurité !  Tout simplement parce que vous ne louez pas directement à une famille démunie, mais à une association qui a signé une convention avec l’état. C’est elle qui va prendre tout en charge  :

 

Solibail, la solution idéale ?

  1. C’est l’association qui vous trouve le locataire, il devra être engagé dans un parcours d’insertion sociale et professionnelle.
  2. L’association met en place un suivi, et visite la famille au moins une fois par mois. L’idée est de remettre cette famille sur les rails avec un accompagnement pour qu’au bout de 18 mois, ils puissent être relogés dans un logement dit « normal ». Le proprio pourra récupérer son bien au bout de 3 ou 6 ans. Ce suivi régulier évite de voir son logement sur-occupé , (puisqu’il peut être tentant d’inviter toute la famille à profiter de l’aubaine !)
  3. L ‘association  prend en charge toute la gestion et les démarches administratives 
  4. Le dispositif garanti le paiement du loyer et des charges pendant toute la durée du bail, que le logement soit occupé ou non !  L’assurance locative du logement est également financée par l’association. (Pourtant, ce n’est pas du pur assistanat, puisque la famille est tenue de verser un pourcentage de ses revenus, aussi faibles soient-ils.)
  5. Si une procédure d’expulsion est mise en place, une indemnité sera versée en cas d’occupation abusive du logement.
  6. Le dispositif assure une remise en état du logement lorsque le locataire s’en va, en cas de dégradation.
  7. L’ANAH propose une prime de 1 000 euros aux propriétaires qui confient leur logement  pour trois ans à une association agrée  !
  8. L’Agence Nationale de l’Habitat propose des subventions de façon à ce que certains travaux de rénovation soient en partie financés (réduction d’impôts). Si vous respectez les conditions, cette aide ne peut pas vous être refusée.
Un exemple d’aide, visible sur le site

anah

Seul Paris et quelques régions sont concernées pour le moment par le dispositif :

  1. Île-de-France,
  2. Basse-Normandie,
  3. Languedoc-Roussillon,
  4. Lorraine
  5. Provence,
  6. Midi-Pyrénées,
  7. Nord-Pas-de-Calais,
  8. Pays-de-la-Loire,

En optant pour le  dispositif Borloo ancien, vous signez une convention avec l’Anah qui  vous engage à louer pendant six ans, à des personnes aux ressources modestes, moyennant un loyer plafonné. Une déduction forfaitaire (au régime d’imposition réel) varie de 30 à 70 % !

Les conditions pour louer solidaire

Le logement

  • Etre situé dans l’une des régions partenaires Solibail
  • Etre libre d’occupant
  • Le logement doit être décent ( normes de décence )
  • Mesurer plus de 16m2 à Paris
  • Proposer un loyer encadré 17,77 €/m² à Paris, 11,61 €/m² en agglomération de plus de 50.000 habitant et 8,41 €/m² pour les autres (mais une souplesse est accordée suivant la région, le logement et la réalité du marché.)
  • Les travaux doivent être réalisées par un pro. (Dans mon cas, c’est plus cher, mais moins chronophage)
  • Les travaux ne doivent pas avoir commencé avant la date de la signature de la convention avec l’ANAH.

 

Regardez cette vidéo, elle montre l’histoire d’une famille qui a trouvé un logement décent. J’imagine que le bailleur doit être fier le matin de se regarder dans le miroir !

Que pensez-vous de cette solution ? Vous pouvez laisser vos commentaires en dessous.

Mercinewsletter-a-sauvegarder-png-e1437025484954